Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 01:15

 

Ford et la révolution du travail industriel

 

Au début du XX siècle, la révolution industrielle a déjà un demi-siècle d’élan. L’aristocratie ouvrière celle du fer et de l’acier est à la fois la plus considérée et le mieux rétribuée. Ses travailleurs chaudronniers,  ajusteurs ou tourneurs associent force physique, endurance et savoir faire qui ont mis des années à acquérir. Avec le passage  de l’âge de la vapeur à l’aire de l’électricité puis celle du pétrole, le travail industriel change radicalement de nature. Des machines de plus en plus précises exigent pour les fabriquer des ouvriers de plus en plus qualifiés. Ceux-ci travaillent à leur rythme et font valoir leurs droits grâce à des syndicats de plus en plus puissants. Ce système va être bouleversé par la révolution automobile. Au début de ce siècle des milliers d’ouvriers spécialisés travaillent pour de nombreuses entreprises qui se disputent le marché. En Angleterre la Vulcan company motor réalise un film publicitaire pour montrer la façon dont les ouvriers réalisent l’assemblage de l’automobile à la main pièce après pièce. Charles Ill débute à l’entreprise à 11 ans comme apprenti : « tout le monde avait l’air afféré. Mais ce n’est que lorsqu’on s’y mettait qu’on se rendait compte que chaque homme est un spécialiste dans son travail. Il y avait des gens qualifiés dans mon usine. Ils y passaient leur vie. C’étaient tous de bons artisans dans leurs domaines. Dans l’atelier de carrosserie on utilisait du bois pour faire les matrices et les pièces du moteur, et les tôliers modelaient des éléments de carrosserie. C’était fait au marteau, les arrondis et les angles. Tout était fait au marteau à planer ».

Ce qui distingue l’ouvrier professionnel du manœuvre c’est surtout le tour de main. Ici personne n’utilise les premières machines outils, et le temps de fabrication s’étend sur plusieurs semaines d’où la légitime fierté des ouvriers. « Lorsqu’on descendaient au centre ville on voyaient des gens les conduire. Les voitures c’était nouveau à l’époque on en était fiers ». L’automobile de la belle époque c’est une sorte de carrosse montée sur caoutchouc depuis l’invention géniale des pneus à bande de Michelin. Mais, il ne sort que quelques dizaines de milliers de voitures par an. Un véritable abime sépare ceux qui fabriquent les voitures et ceux qui les achètent. Mais ce temps où l’automobile était un luxe pour une minorité de privilégiés touche à sa fin.

Source : film documentaire de la chaine tv Planet sur L’OST « Le travail industriel avant Taylor », Dailymotion, date de publication 13/09/2009.

 

Questions

1/ Expliquer les idées soulignées dans le texte.

2/ En se basant la citation suivante : « Mais ce temps où l’automobile était un luxe pour une minorité de privilégiés touche à sa fin » présenter dans un plan structuré (introduction, développement et conclusion) le mode d’organisation qui a révolutionné l’industrie automobile

Partager cet article

Repost 0
Published by abderrahim
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens