Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 00:29

Cinq questions pour comprendre  l’analyse patrimoniale

 

 

  • 1/ Pourquoi  élaborer et analyser le bilan financier ou bilan liquidité?

     

 

Le bilan financier permet de faire une analyse patrimoniale qui répond à deux questions essentielles :

 

 

- Dans quelle mesure l’entreprise peut-elle faire face à ses échéances (analyse du risque d’insolvabilité et de liquidité)

 

- Qu’est ce qui reste aux actionnaires après paiement de toutes les dettes (notions de l’actif net comptable)

 

 

  • 2/ Quelle est la différence que présente cette analyse par rapport à l’analyse du bilan fonctionnel ou comptable ?

     

 

L’analyse fonctionnelle se base sur l’hypothèse de continuité d’exploitation. Par contre, l’analyse patrimoniale privilégie l’hypothèse d’arrêt d’activité  à très court terme. C’est pour ça qu’il faut répondre aux questions posées plus haut.

 

 

  • 3/ Comment élaborer un bilan financier ?

     

Tout d’abord, le bilan financier doit être construit après répartition du résultat. De ce fait s'il doit y avoir paiement de dividendes, ils faut les  incorporer dans les dettes à court terme.

 

 

En suite, l’élaboration de ce  bilan suit plusieurs étapes dont :

 

 

A/ Éliminer les postes qui n’ont pas une valeur vénale (Immobilisations en non valeurs) de l’actif et en contre partie des capitaux propres

 

Il s’agit principalement :

 

 

-       des frais préliminaires : ces frais sont engagés par l’entreprise au moment de la constitution, pour des opérations d’augmentation de capital, ou pour réaliser des actions de prospection du marché et de  publicité.. etc. ces frais ne sauraient normalement être inscrits dans les comptes de charges d’un seul exercice compte tenu de leur nature et de leur importance.  Ils  sont inscrits au bilan juste pour les étaler sur plusieurs exercices 

   

 

-          des charges à répartir sur plusieurs exercices : (frais d’acquisition des immobilisations, frais d’émission des emprunts..)

 

-          les primes de remboursement des obligations : leur montant est égal à la différence entre la valeur de remboursement des obligations et leur prix d’émission.

 

 

B/ Classer les postes de l’actif par ordre de liquidité et les postes du passif par ordre d’exigibilité

 

 

Actif : (ordre  de liquidité croissante)

 

- Les immobilisations financières à moins d’un an d’échéance sont reclassées dans l’actif circulant.

 

- Les actifs dont les échéances sont à plus d’un an sont reclassés dans l’actif immobilisé.

 

- Les TVM sont assimilés à des valeurs disponibles si leur liquidité est immédiate

 

 

Passif : (ordre d’exigibilité croissante)

 

 

- Les dettes de financement sont classées en dettes à plus d’un an ou en dettes en moins d’un an (DCT) selon leurs échéances.

 

 

- Les comptes courants des associés créditeurs qui enregistrent les fonds mis ou laissés temporairement par les associés à la disposition de l’entreprise sont inclus dans les capitaux propres sauf si leur exigibilité est à mois d’un an.

 

 

C/ Retraiter les subventions d’investissement et les provisions

 

 

- Les subventions d’investissement, les provisions réglementées sont assimilées à des capitaux propres pour la partie nette d’impôt (l’impôts est reclassé en dettes à court terme) voir exemple donné en TD 4ème année

 

 

- Les provisions pour risques et charges correspondent à des dettes probables. Il convient de les reclasser en fonction de leur exigibilité. Si par exemple on dispose d’une information signifiant que ces provisions (ou une partie de ces provisions) sont stables, il conviendrait de les classer en haut du passif parmi les DLMT

 

 

- Dans le cas ou on dispose d’une information signifiant que des provisions (ou une partie de ces provisions) sont devenues sans objet (le risque couvert n’est plus), il conviendrait à ce moment de les reclasser en capitaux propres pour leur montant net d’impôt  et la part de l’impôt est à reclasser en DCT)

 

 

 

D/ Retraiter l’écart de conversion actif et passif 

 

 

Le compte : écart de conversion passif  enregistre des gains de change (augmentation du compte client ou diminution du compte fournisseurs). Le montant net d’impôt de ce poste doit être ajouté aux capitaux et le montant des impôts aux DCT (les gains de change sont des produits financiers).

 

 

- Retraiter l’écart de conversion actif : ce compte enregistre des pertes de change probables sur les poste clients et fournisseurs étrangers.

 

 

Pour le retraitement de ce compte, il faut distinguer entre deux suivant l’existence ou non des provisions:

 

 

1er cas : les  pertes probables sont couvertes par des provisions.

 

Dans ce cas, le jeu comptable est le suivant :

 

 

 

Le compte client est crédité par le montant de la diminution probable (ou le compte fournisseurs est crédité par la montant de l’augmentation probable) par en contrepartie, le débit du compte écart de conversion actif éléments circulants.

 

Le compte de charges (CPC) dotations aux provisions pour risques et charges financiers est débité par le montant de la dotation, par en contrepartie, le crédit du compte du passif Provisions pour pertes de change.

 

 

Pour  le retraitement de ce cas, deux solutions se présentent

 

 

- Éliminer le compte écart de conversion et rétablir le compte client (ou fournisseur) à son montant initial

 

 

- Eliminer le compte écart de conversion de l’actif et le montant de la provision du passif

 

 

 

Il ne faut oublier que dans ces deux cas, le résultat net de l’exercice a déjà été diminué par l’effet de la dotation aux provisions

 

 

2ème cas : les pertes probables ne sont pas couvertes par des provisions 

 

 

Dans ce cas il faut éliminer l’écart de conversion de l’actif et en contrepartie des capitaux propres (on considère ici ce poste comme enregistrant une non valeur)

 

 

  • 4/ Comment représenter le bilan financier ?

     

Le bilan se présente comme suit :

 

 

 

Actif immobilisé ou actif à plus d’un an

 

Capitaux permanents

 

Capitaux propres – actif fictif

 

Actif circulant ou actif à moins d’un an

 

Valeurs d’exploitation

 

Dettes à plus d’un an d’échéance

 

Valeurs réalisables

 

Dettes à moins d’un an d’échéance

 

Valeurs disponibles

 

 

 

 

  • 5/ Comment analyser le bilan financier ?

L’analyse du bilan financier doit répondre aux questions posées au départ :

 

 

- S’agissant de la question de la liquidité, le bilan financier permet de rapprocher l’actif circulant (ou actif à moins d’un an) au passif circulant (ou dettes à court terme). Ce rapprochement permet de voir dans quelle mesure la réalisation de l’actif permettra la couverture des DCT.

 

La notion de Fonds de Roulement Patrimoniale permet de répondre à cette question

 

FDR = AC – DCT (à remarquer ici que le calcul du FDR par le bas du bilan permet  et adapté à cette analyse de la liquidité). L’analyse de la liquidité est complétée par une analyse par des ratios.  

 

 

- S’agissant de la question de la solvabilité, un  fonds de roulement positif est un indicateur de la solvabilité de l’entreprise. Cette solvabilité est d’autant plus confortable si la différence entre FDR et DLMT est positive. Cela signifie que l’actif circulant couvre les DCT et les DLMT et dégage un fonds de roulement propre FDRP

 

 

Le FDRP plus l’actif immobilisé représente se qui reste pour les actionnaires en cas de liquidation de l’entreprise

 

Partager cet article

Repost 0
Published by abderrahim - dans gestionfi
commenter cet article

commentaires

Matthieu THOMAS 05/01/2006 09:42

J'ai tre bien aimé ton blog. Continu comme cela.
http://terrae-incognitae.over-blog.com

logiciel espion 05/01/2006 02:25

Cool pas mal le blog :)


Commencez l'annee en beaute !

Sauvegardez votre vie privée des logiciels espions !
Grace a mon site : logiciel espion spyware

@ tres bientot !

Articles Récents

Liens